Neuropsychiatrie

Le rôle de la  Neuropsychiatrie


Faut-il s’étonner si le Neuropsychiatre a toujours été vu comme un médecin à part, puisqu’il est supposé ne prendre en charge que les rébus de la société tels les aliénés mentaux. Venir voir le psy n’a jamais été une démarche facile car déjà, il faut se convaincre soi-même mais en plus il faut braver ce que les autres pourraient soit dire, soit juste penser !... A la limite, c’est après plusieurs semaines de maladie et dans un état aggravé suite à des passages chez le guérisseur ou l’exorciste que le patient se laisse amener (parfois malgré lui) en consultation de neuropsychiatrie.
 
Fort heureusement, avec l’ouverture des frontières, la rencontre des cultures et l’influence des médias, la considération de cette Médecine « des troubles du Comportement » a progressé. 

La Mondialisation, car c’est d’elle qu’il s’agit reste et sera toujours une arme à double tranchant. Il est indéniable qu'elle nous apporte la compréhension de l’autre, le respect de la différence ainsi que la modernisation et les nouvelles technologies. Par contre, d’un autre côté elle nous pousse dans une course effrénée liée à la concurrence, la performance professionnelle et tel un engrenage, peut nous entraîner au delà de nos limites.  

Ainsi, quelque soit notre rang social, plus le monde évolue plus nous présentons des risques de fragilisation et de perturbation de notre personnalité. De ce fait, le dicton, « Qui veut aller loin ménage sa monture » ou l’expression « Mieux vaut prévenir que guérir » est d’autant plus d’actualité. En Psy, en terme de prévention et de suivi, « l’Accompagnement » et les « Echanges » constituent le meilleur conseil mais aussi le plus efficace des soutiens.  Cela équivaudrait donc à dire que l’intervention du Psy aux diverses étapes de la vie et particulièrement à la moindre difficulté éviterait toute aggravation ou toute chronicisation.